Suivez-nous sur les réseaux !

Retour sur les 6èmes rencontres Nutrition-Alimentation-Métabolisme-Santé (NAMS)

Le groupement d’intérêt scientifique (GIS) Nutrition-Alimentation-Métabolisme-Santé (NAMS) vise à développer des domaines de recherche transdisciplinaires et pluridisciplinaires associant des chercheurs en agronomie et nutrition animale, des chercheurs en sciences sociales et humaines, des épidémiologistes, des cliniciens, des physiologistes, des biologistes cellulaires et moléculaires. Le GIS NAMS organise depuis 2015 des rencontres annuelles, en collaboration avec des partenaires industriels membres du comité de pilotage de l’événement. Le 13 novembre 2020 les rencontres NAMS se sont tenues pour la première fois au format « webconférence » avec pour thématique « La compréhension des comportements alimentaires ». La conférence était animée par Philippe Legrand, Professeur et Directeur du laboratoire Biochimie Nutrition Humaine (Agrocampus, Institut NuMeCan), et a réuni plus de 150 participants en simultané (avec plus de 200 inscrits).

Photos intervenants 6èmes rencontres NAMS
Intervenants et animateurs des 6èmes rencontres NAMS : Bruno Clément, Philippe Legrand, Claude Fischler, Emmanuelle Pignede et Ronan Thibault.

Développer le lien entre la recherche académique et l’industrie

Florent Della Valle, Délégué régional à la recherche et à la technologie (DRRT) pour la région Bretagne, a introduit ces 6èmes rencontres NAMS en rappelant l’importance de la science pour la prise de décision politique et le fort potentiel de la Bretagne sur la recherche en nutrition santé et notamment en prévention. Il a réaffirmé le soutien de l’Etat et de la Région pour le GIS NAMS dont l’objectif est de relever les défis scientifiques et sociétaux autour de l’alimentation et de la santé, et de développer les liens entre science, acteurs économiques et société. Florent Della Valle a également souligné le rôle majeur des structures telles que  Biotech Santé Bretagne et l’incubateur Emergys pour accompagner les projets innovants en région.

Le comportement alimentaire est éminemment social

Claude Fischler, célèbre sociologue, anthropologue et historien, a apporté son regard au sujet de la compréhension des comportements alimentaires. Pour lui, la transdisciplinarité est indispensable dans la recherche sur les comportements alimentaires. Manger est une fonction biologique primaire mais c’est aussi la fonction sociale première. Les sciences humaines montrent que l’acte alimentaire est fondamentalement social, il répond à des normes et des interactions sociales. En médecine ce sont des conseils nutritionnels individuels qui sont donnés. Or dans la plupart des cultures la commensalité oriente, détermine le comportement alimentaire. C’est pourquoi il ne faut pas trop « individualiser » l’alimentation et ne pas oublier que le comportement alimentaire est déterminé autant par des normes sociales que par des déterminismes physiologiques.

Ronan Thibault, médecin nutritionniste au CHU de Rennes, confirme que les dimensions psychologiques comptent beaucoup dans la prise en charge nutritionnelle des patients qui ont des pathologies du comportement alimentaire.

Comprendre le consommateur pour innover

Emmanuelle Pignede, Directrice « Research and Consumer Insight » chez Lactalis, est intervenue pour apporter le regard de l’industrie.

L’industriel cherche à comprendre le consommateur (qui est de plus en plus informé et exigeant) et ses motivations afin d’anticiper les nouveaux comportements et de développer des produits qui répondent à ses besoins. Cette compréhension, alimentée par des études qualitatives (empruntant les outils utilisés en psychologie sociale dont l’éthologie et les connaissances en neurosciences) et des études quantitatives (parfois appuyées par le traitement de données massives et les technologies de l’intelligence artificielle), nourrit les innovations industrielles et l’amélioration continue des produits existants. Le « social listening » qui consiste à écouter tout ce qui se dit sur un sujet donné peut être aussi une source d’information pour mieux comprendre le consommateur et contrecarrer certaines fausses informations.

Emmanuelle Pignede a rappelé les grandes tendances de consommation actuelles : manger des produits sains et bons pour la santé (enrichis en ingrédients bénéfiques), consommer des produits responsables (locaux, saisonniers, éthiques, écologiques, etc.), consommer plus de produits végétaux et biologiques, et bien sûr se faire plaisir en mangeant (notamment en cette période de pandémie où les consommateurs ont particulièrement besoin de réconfort).

Pour Ronan Thibault, médecin nutritionniste au CHU de Rennes, les industriels ont fait des efforts sur la qualité nutritionnelle des produits (moins de sel, de sucres, etc.) mais des éléments comme la diminution de la taille des portions et l’apposition du Nutri-Score sur les produits seraient selon lui indispensables.

Les troubles du comportement alimentaire

Ronan Thibault, médecin nutritionniste au CHU de Rennes et chercheur à l’institut NuMeCan a apporté son regard de clinicien au débat. Pour lui, les patients sont souvent dans le déni de leurs troubles du comportement alimentaire, troubles qui aboutissent à des pathologies parfois sévères (dénutrition ou obésité). Un trouble du comportement alimentaire est le témoin le plus souvent d’une souffrance psychologique. Malgré des formes de plus en plus graves des pathologies (comme la boulimie, l’anorexie ou l’orthorexie) on observe un sous diagnostic de ces troubles par le système de soin. Allier la prise en charge psychologique du patient avec la prise en charge nutritionnelle est, selon lui, indispensable.

Ronan Thibault a par ailleurs rappelé que le stress était un élément clef du déclenchement des troubles du comportement alimentaire. Le sujet du microbiote est selon lui un axe de recherche d’avenir pour mieux comprendre les mécanismes à l’origine des troubles du comportement alimentaire et notamment les interactions entre alimentation, intestin et cerveau. Une prise en charge multidisciplinaire de ces pathologies serait donc la clef pour revenir à un juste comportement alimentaire de la population.


Le comité d’organisation de l’événement vous donne rendez-vous pour les 7èmes Rencontres NAMS, en présentiel au Couvent des Jacobins, à l’automne 2021 !

Le Comité d’organisation des 6èmes rencontres NAMS est constitué de : l’Institut NuMeCan, de Biotech Santé Bretagne, de Lactalis, Sodiaal et Valorex.

Contact : contact@gis-nams.eu

Publié par Biotech Santé Bretagne le 17 novembre 2020

Partager :