Suivez-nous sur les réseaux !

AVC, réanimation, intelligence artificielle, données : un partenariat innovant entre le CHU de Rennes et Philips

Le CHU de Rennes et l’entreprise Philips viennent de lancer un partenariat scientifique et d’innovation, autour de 3 axes : la prise en charge optimisée de l’AVC, l’intelligence artificielle et les entrepôts de données au service du monitorage « intelligent » en réanimation et le partage des écosystèmes associant étroitement les startups de la French Tech.

Schéma illustrant le partage des écosystèmes d’innovation du CHU de Rennes et de Philips

Un partenariat innovant

Le CHU de Rennes bénéficie d’une renommée nationale pour son expertise clinique et son excellence dans les domaines de la recherche clinique, de la robotique, de l’imagerie interventionnelle et investit chaque année près d’1,5M€ dans différents dispositifs internes de promotion de l’innovation et de la recherche et près de 15 M€ dans l’acquisition d’équipements médicaux de dernière génération.

D’ores et déjà engagés dans de multiples collaborations dans le domaine de l’imagerie médicale et dans un partenariat d’innovation en anatomo-pathologie numérique (première en France), Philips et le CHU de Rennes sont fiers d’annoncer aujourd’hui la mise en place d’une collaboration unique en France entre deux acteurs de l’innovation en santé. Le CHU de Rennes et Philips sont convaincus que ce partenariat de grande envergure autour de projets de recherche collaboratifs permettra d’inventer les solutions, les technologies et les organisations qui amélioreront les conditions de prise en charge des patients et préfigureront la médecine de demain.

Des innovations autour de 3 thèmes stratégiques : prise en charge des AVC, intelligence artificielle & données du monitorage en réanimation et IA en anatomo-pathologie numérique

La mise en oeuvre de projets de co-développement industriel et technologique portant sur les 3 thématiques d’intérêt stratégique des deux partenaires :

  • La prise en charge optimisée de l’AVC

L’optimisation du parcours patient AVC par la prise en charge rapide, efficace et optimisée de cette pathologie est une priorité de santé publique, particulièrement dans le contexte français où l’on dénombre chaque année plus de 140 000 nouveaux cas d’accidents vasculaires cérébraux (AVC), soit un toutes les quatre minutes selon l’INSERM[1]. En exploitant la proximité et la synergie de l’imagerie par résonance magnétique et la thérapie guidée par l’imagerie au CHU de Rennes, les équipes de Philips et du CHU souhaitent développer une approche originale et complémentaire à celle proposée sur d’autre sites universitaires partenaires de Philips.

  • L’intelligence artificielle et l’exploitation des entrepôts de données au service du monitorage « intelligent » en réanimation

Basé sur l’expérience de Philips en matière d’application de l’intelligence artificielle aux domaines de la réanimation, le partenariat avec le CHU de Rennes vise à repenser les modalités de surveillance des patients en réduisant au maximum les alarmes non pertinentes et en adoptant des modèles de surveillance prédictive réduisant les risques de dégradation du patient et ainsi à faire du CHU l’un des pionniers dans l’adoption systématique et à grande échelle de ces approches innovantes au sein des services de réanimation.

  • Le développement d’algorithmes d’intelligence artificielle basés sur les possibilités nouvelles offertes par l’anatomo-pathologie numérique

Le Service d’Anatomie et Cytologie Pathologique du CHU de Rennes a été le premier établissement public français qui a investi dans les solutions de numérisation de l’activité d’anatomopathologie avec l’acquisition de scanners de lames Philips. Le partenariat vise à développer les trois axes majeurs : l’optimisation de la performance, l’impact médico-économique de cette transformation numérique et le développement de nouveaux algorithmes prédictifs d’intelligence artificielle.

Source : Communiqué de presse CHU de Rennes & Philips – 14 janvier 2021

Publié par Biotech Santé Bretagne le 26 janvier 2021

Partager :